les Potins InFos - Entretien d'évaluation
les Potins InFos - Le Guide des DROITS à l'informations pour les salariés
Flash Player doit être installé pour visualiser ce fichier.
L'entretien d'évaluation / évolution
Michel Saby tient un cabinet de médiation généraliste depuis 2001. Dans cette vidéo, il remet en cause la façon d'aborder l'entretien d'évaluation. Cet entretien devrait être le moment, non de regarde...
L'entretien d'évaluation est un moment privilégié pour échanger avec votre manager. Savoir aborder tous les sujets, poser les bonnes questions, faire le point sur les résultats et définir de nouveaux objectifs : voici les conseils  pour réussir votre entretien d'évaluation annuel.  En quoi l'entretien annuel est-il important ?
Dans le plupart des entreprises, un questionnaire est rempli en amont de l'entretien. Le plus souvent, les sujets abordés sont ceux dudit questionnaire : 
- Les objectifs ont-ils été atteints ? 
- Avez-vous eu les formations demandées l'an passé ?
Malgré tout, mieux vaut se préparer à cet entretien, et, dans la mesure du possible, aborder tous les points souhaités, avec son manager. Il est dommage de ne pas parler de certains sujets, c'est il est très rare d'avoir un moment privilégié avec son responsable.

Comment se préparer à son entretien annuel ?
Posez-vous un certain nombre de questions au préalable : 
- Qu'est-ce que j'attends de cet entretien ? 
- Quels sont mes objectifs ? 
Il ne faut pas hésiter à formaliser ces vœux  par écrit, pour qu'il n'y ait pas de frustrations.
L'entretien d'évaluation sert à savoir si vous êtes toujours en apprentissage, si vous arrivez à atteindre vos objectifs, bref si vous arrivez à garder le cap. Vous avez donc vraiment intérêt à aborder tous les sujets qui peuvent contribuer à cette amélioration. D'autre part, si vous voulez que l'entretien soit intéressant, et qu'il aille "dans votre sens", il faut prévoir aussi de parler d'éventuelles demandes de formation, de promotion, voire d'augmentation de salaire. L’entretien annuel est vraiment un moment privilégié pour parler d’avenir, de projets... Et les projets sont le moteur de la motivation d’un salarié.

Demander une promotion ou une augmentation...
C'est effectivement à ce moment qu'il peut être intéressant de faire une telle demande. Mais il faut être auto-discipliné et bien préparé : le tout est d'arriver avec les bons arguments pour justifier vos demandes. Les directions recommandent souvent de ne pas parler salaire lors des ENTRETIEN ANNUELS . Inversement, pour les salariés, le cadre semble idéal pour faire passer le message. Surtout s'ils ont précédemment dressé un bilan positif de leur année. Convaincre son chef, cela ressemble presque à un discours commercial. "Il faut se vendre à la manière d'un bien immobilier,  c'est-à-dire en évaluant ses qualités objectives mais aussi sa valeur sur un marché." Comparez votre salaire avec vos collègues, vos homologues, vos concurrents, les études... Mais n'oubliez pas que votre supérieur direct ne dispose peut-être pas lui-même des cordons de la bourse.

Etre dans un bon état d'esprit...
Il faut impérativement être positif et ouvert. Dès l'entrée, il faut avoir une attitude ouverte, bien être centré sur l'autre, sur ce qu'il veut aussi, arriver avec des faits, des choses concrètes. Bref, avoir l'attitude de quelqu'un qui a envie d'évoluer, d'apprendre, de se remettre en question... Plus vous arrivez avec une attitude ouverte, positive et que vous allez de l'avant, plus vous avez de chances d'être entendu, compris et exaucé.            
 1 ) Entretien d'évaluation : les erreurs à éviter : Moment privilégié d'échange entre le manager et son collaborateur,l'entretien annuel d'évaluation permet aux deux parties de faire le point sur le travail effectué au cours de l'année et sur les objectifs à atteindre dans le futur.
Parfois vécu comme une corvée ou un procès d'intention par les salariés, cet exercice est pourtant un événement fort dans la vie de l'entreprise. Quelques règles à respecter pour ne pas se planter...                                                                                                                                             a) Prendre l'entretien à la légère
Attendre que le temps passe en arborant une mine détachée : voilà une attitude qui ne manquera pas d'agacer votre manager. "Environ 30% des effectifs ne sont pas convaincus de la nécessité et de l'intérêt de ces entretiensSouvent, ces entretiens sont considérés comme une formalité à laquelle il faut se soumettre, mais qui ne changera rien à la vie professionnelle".  Ce qui est vécu comme une corvée à laquelle il faut couper court est pourtant le point de départ de changements à plus ou moins long terme : avancement, formation, mobilité... "Les entretiens aboutissent sur des décisions concrètes, mais peu de salariés en ont conscience."                                                                                                                       b ) Quel que soit votre planning, trouvez le temps pour bien préparer l'entretien.  Sa réussite tient principalement à sa bonne préparation, tant du côté de l'évaluateur que de l'évalué. "Un entretien non préparé par le collaborateur montre clairement un manque de motivation ou d'intérêt par rapport à ce rendez-vous. C'est un très mauvais message lancé à son manager                                                                                                    
 c ) Déclamer un monologue : Parler sans écouter : le meilleur moyen d'agacer votre manager. Vous fourmillez d'idées, vous avez une liste de projets longue comme le bras et êtes fier du travail accompli : parfait. Mais n'oubliez pas que vous n'êtes pas seul dans cet entretien et que votre évaluateur se sert aussi de cet exercice pour vous faire passer des messages. Évitez dès lors de monopoliser la parole. "C'est le seul entretien pour le salarié qui soit basé sur l'écoute et le partage , L'évalué doit être écouté mais aussi savoir écouter le manager qui apporte conseils, encouragements et critiques.
Tout est bon à entendre d'un côté comme de l'autre. Le temps de parole doit être pris à 80% par le salarié                                                                                                                                                
 d ) Rester muet : Profitez de ce moment pour vous exprimez. Si certains évalués débitent un flot de paroles sans discontinuer, d'autres optent pour l'attitude inverse : la carpe. Mais rester muet face à son évaluateur n'est guère plus apprécié par les managers ."le silence est très difficile à gérer pour un évaluateur. Le pire étant de s'entendre répondre par le salarié un "ben, si tu le dis... "".                                                                                   e ) Vider son sac :  Ne confondez pas entretien annuel et bureau des pleurs.  Votre voisin de bureau fait trop de bruit, votre n+2 est un idiot, votre job n'est pas assez valorisant, la machine à café est toujours en panne, votre espace de travail est trop petit, trop grand... Attention, l'entretien annuel d'évaluation n'est pas un dévidoir à critiques. Il concerne votre parcours professionnel propre.

Même si la tentation est grande de prendre le prétexte de ce tête-à-tête pour régler ce qui vous tracasse au quotidien, veillez à ne pas vous répandre en critiques sur tout et n'importe quoi. "L'entretien doit être cadré et ne pas partir dans tous les sens. Il est lié à la fonction et au rôle du salarié dans l'entreprise",                                                                                                                    f
Faire preuve de mauvaise foi  :  Ne vous dé-crédibilisez pas en mentant de manière éhontée.  Feindre l'amnésie n'est pas une bonne option pour expliquer à son manager que l'on n'a pas atteint les objectifs visés lors du précédent entretien. "Ah bon, vous m'aviez dit d'être plus productif ? Désolé, je ne m'en souviens pas..." Rien de plus énervant   "C'est très agaçant d'avoir face à soi un collaborateur qui offre une mine contrite et fait les yeux ronds quand on lui explique que les objectifs visés n'ont pas été atteints. Il vaut mieux admettre que l'on n'avait pas compris ou que l'on n'a pas réussi l'objectif plutôt que de jouer la carte de l'oubli.                                                                                                                                              g ) S'étendre sur sa vie privée : Ne bassinez pas votre manager avec vos histoires personnelles.  Votre femme vous quitte, votre aîné se remet doucement de son opération de l'appendicite, votre chien claudique... Peut-être ces aléas de la vie vous détournent-ils de votre travail, mais l'entretien annuel d'évaluation n'est pas le moment le plus opportun pour en faire part à votre manager.  Elle n'arrêtait pas de triturer nerveusement son téléphone portable et m'expliquait ses inquiétudes. J'ai préféré reporter son entretien. C'est un vrai rendez-vous de travail pour lequel l'évaluateur et l'évalué doivent être disponibles à 100%". Par ailleurs, évitez de vous laisser aller à des confidences qui pourraient aller à l'encontre de votre intérêt professionnel : gardez pour vous votre envie d'avoir bientôt un enfant...                                                                                                         h ) Critiquer ses collègues :  Ce n'est pas le moment de régler le compte de vos petits camarades.  L'entretien annuel d'évaluation n'est pas l'occasion de faire le point sur vos collègues, mais sur vous-même. Alors si Nathalie, , passe ses journées à discuter ou que Paul, le directeur adjoint, vous a mal parlé à la café, gardez cela pour vous. Si le salarié rencontre des difficultés relationnelles, il peut être tenté d'en parler pendant l'entretien. Mais cela ne peut être entendu et désamorcé par le manager qu'à la seule condition que ces relations aient un lien direct avec les objectifs et les compétences de l'évalué. Sinon, cela doit faire l'objet d'une entrevue ultérieure".                                        i ) N'être que dans le ressenti :  Basez votre discours sur des faits.  Des faits, rien que des faits ! Face à votre manager, évitez de faire appel à votre ressenti plutôt qu'à des constats, à des impressions plutôt qu'à des chiffres. Votre évaluateur exigera que vous argumentiez chaque prise de position. Et pour cela, rien de mieux que des faits.
Les points de plaisir ou de déplaisir, les bonnes ou les mauvaises performances, les souhaits de mobilité... tout doit être accompagné d'arguments chiffrés, précis ou objectifs. "L'évalué doit pouvoir apporter des éléments de mesure, des points de comparaison, . Il faut être le plus clair possible face à l'évaluateur et ce, sans émotion ni état d'âme".                                                       j ) 
Se décharger sur les autres :  Ne fuyez pas vos responsabilités.  Expliquer ses mauvais résultats en reportant la faute sur le patron, les collègues, la conjoncture ou votre ordinateur vieillissant : voilà une attitude qu'il vaut mieux éviter. Les managers apprécient peu les évalués qui se déchargent sur les autres et n'admettent aucun point faible. 
L'entretien d'évaluation ne vise pas à faire votre procès mais à vous permettre d'avancer dans le même sens que vos collègues. "Sans remise en cause par le salarié lui-même, l'entretien ne sert à rien .  Toute critique du fonctionnement de l'entreprise, de la politique managériale ou du voisin de bureau est acceptable, dès lors qu'elle est présentée dans une logique positive et constructive. Et à la condition également que la salarié reconnaisse ses points de progression après une sorte de travail d'introspection".                                                              k ) 
N'avoir aucun projet à proposer : Soyez force de proposition.Pas d'idées, pas d'envies ? Aucun projet qui ne vous motive pour l'année à venir ? Attention, danger ! Mieux vaut en effet venir à l'entretien avec des idées de projets à proposer à votre manager. "Le risque, sinon, c'est que le manager ait, lui, des idées de projets à soumettre à l'évalué,  Or, si les projets du manager ne conviennent pas à l'évalué mais qu'il n'a rien à proposer en échange, il lui sera difficile de refuser".
Votre intérêt est que cet entretien annuel ne se transforme pas en traquenard ou en cauchemar : anticipez et cherchez des idées !                                                                                        
l ) Ecouter d'une oreille : Un manque d'attention peut coûter cher. L'entretien touche à sa fin et vous a semblé interminable : ne lâchez pas votre attention ! Car si vous n'écoutez plus que d'une oreille alors que votre manager vous expose la liste de vos missions à accomplir pour l'année à venir, vous risquez la bévue.
Des projets ou des améliorations vont vous être proposés : comprenez bien ce qui vous est demandé avant d'acquiescer car votre manager vous demandera des comptes lors du prochain entretien sur les engagements que vous aurez pris. "Lors d'un entretien, le manager doit constamment questionner l'évalué sur sa compréhension des objectifs et doit reformuler en fin d'entretien , il ne faut pas laisser de place au doute ou à l'inexactitude".                                  La note du CAS, qui liste l'ensemble des textes règlementaires se rapportant à l'entretien annuel, rappelle en outre que « le stress engendré par les entretiens d'évaluation a [...] déjà été reconnu par la Cour de cassation, certes de façon tout à fait exceptionnelle, comme une cause de maladie professionnelle ou d'accident du travail justifiant encore la saisine du CHSCT ».
D'autres contentieux plus récents ont conduit les juges à rappeler que l'évaluation « ne doit reposer que sur des critères objectifs, vérifiables et transparents, faute de quoi le salarié serait placé dans une insécurité préjudiciable pour sa santé psychique. Elle doit en outre s'appréhender non pas uniquement sur le plan matériel mais aussi 'sur le plan du ressenti' du salarié (encadré 1, TGI de Rouen) ». En entretien annuel, désormais, il n'est plus uniquement question d'évaluation du salarié... mais aussi des conditions de travail et de leur portée sur la santé sur ce dernier.